Le festin de Yoshi par Kimiko Kajikawa

Aujourd’hui je souhaite vous parler d’un charmant et malicieux album pour les enfants sur la culture asiatique.

Résumé : Dans la ville de Yedo, Yoshi fabrique des éventails sur le marcher pendant que Sabu prépare des anguilles, mais aucun n’arrive à faire de bénéfices. Tous les deux sont aigris : Yoshi aimerait que Sabu partage les poissons invendus et Sabu voudrait que son voisin lui en achète. Mais un jour, Sabu se fâche… alors Yoshi doit faire preuve de ruse…

CARNET_FEMININ_FESTIN_YOSHI_KIMIKO_KAJIKAWA

Le festin de Yoshi, Kimiko Kajikawa (Jap.), Yumi Heo (ill.), Dominique Mathieu (trad. Fr.), Éditions Flammarion, Collection Père Castor, Paris, 2003.

Le Festin de Yoshi est un album sur la solidarité plein de malice, qui fait découvrir aux plus petits certains aspects de l’art de vivre et de la gastronomie japonais. Les illustrations sont à l’image du japon traditionnel, avec de vives et très belle couleurs auxquelles s’ajoutent un jeu de découpages et de collages de papiers japonais. Ces derniers étant notamment destinés à habiller le kimono et les éventails de Yoshi. Les illustrations de cet albums, réduites à la représentation de quelques personnages et objets, semblent de même être comme découpées et collées sur un fond blanc, qui sert de support au texte.

Un texte qui n’est pas majoritairement présent dans cet album mais qui est complété par la présence de mots en japonais (traduis en toute fin dans un lexique). L’album n’en reste pas moins très compréhensible et accessible, ceci car le texte principal s’efforce de décrire les mots étrangers de façon assez subtile pour n’en pas faire une sorte de dictionnaire indigeste. De plus, le graphisme du texte se modifie en fonction des actions des personnages. Par exemple, celui-ci nous invite à suivre Yoshi dans sa danse en se gondolant et se parant de caractères gras, avant le repas final.

J’ai trouvé ces jeux entre les langues et la forme du texte particulièrement ludiques et instructifs. Le tout donne l’impression d’un petit livre représentant une succession d’arts japonais, ponctués par une histoire tendre, drôle et fraternelle. La fluidité du conte est plus que respectée. Cet album participe d’une façon originale à la construction de la culture de l’enfant et même du parent. A lire d’urgence si vous arrivez à le trouver en bibliothèque !

Carnet Féminin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s